logo du portail

http://www.bretagne-environnement.org/Media/Dossiers/La-matiere-organique-l-or-noir-des-sols-bretons/Jouer-sur-les-echelles-emboitees

 

Dernière modification le 27 juillet 2015


les réponses

Jouer sur les échelles emboîtées

Rédigé par :

Emmanuèle Savelli (OEB)

En collaboration avec :

Bertrand Decoopman Chambre régionale d'agriculture de Bretagne (Crab) , 
Safya Menasseri Agrocampus Ouest (Agrocampus Ouest) , 
Thierry Morvan ,  Valérie Viaud Institut national de la recherche agronomique - Centre Inra de Rennes (Inra)




Paysage agricole breton Paysage agricole breton

De façon générale, les données sur l’évolution des matières organiques manquent. C’est pourquoi de nombreux travaux de recherches ont eu lieu, en particulier ces dix dernières années, et sont toujours en cours.


En 1998, le ministère chargé de l’Écologie a créé le programme Gestion du patrimoine Sol (Gessol), premier du genre à se consacrer spécifiquement aux sols et à leurs fonctions. Le deuxième appel à projet Gessol, en 2003, a plus particulièrement investigué l’impact des pratiques agricoles sur les matières organiques et les fonctions des sols [ 1].

Des expérimentations

Les chambres d’agriculture de Bretagne conduisent depuis 10 à 30 ans des essais « longue durée » sur l’évolution de la matière organique des sols et la fourniture d’azote sur les sites expérimentaux de Crécom à Saint-Nicolas-du-Pélem (22), à Trévarez (29) mais aussi à Kerguéhennec et à Lescous (35). Un programme de recherche d’intérêt régional a été mené entre 2007 et 2014 pour évaluer l’impact des techniques simplifiées de travail du sol combinées à différentes formes de fertilisation minérale ou organique sur la qualité chimique, physique et biologique des sols. Ces recherches impliquaient notamment l’Inra de Rennes [ 2], Agrocampus Ouest, les universités de Rennes 1 et de Bretagne occidentale, AgroParisTech, la chambre régionale d’agriculture de Bretagne et l’association Base [ 3].

En 2010, la chambre régionale d’agriculture de Bretagne et l’Inra de Rennes ont lancé le réseau Mh qui s’intéresse plus particulièrement à la minéralisation de la matière organique. Ce réseau cherche à construire un référentiel sur la minéralisation de l’azote appartenant aux matières organiques humifiées du sol. Il s’intéresse pour cela aux usages des sols, mais cette fois sur le long terme (successions des cultures, apports organiques).

Comment maintenir le capital « matière organique » ?

Compost près à être épandu sur des sols agricoles
Compost près à être épandu sur des sols agricoles

Tous ces travaux convergent dans leurs conclusions. Des apports réguliers de matière organique améliorent la structure du sol. Ces apports augmentent la capacité de rétention de l'eau et des nutriments, protègent le sol contre l'érosion et le tassement, et soutiennent le développement d'une communauté saine d'organismes du sol.

Plusieurs pratiques augmentent la teneur en matière organique : le maintien des résidus de culture à la surface du sol, les rotations qui incluent des plantes à fort taux de restitution de biomasse, les systèmes avec peu ou pas de labour ou encore l'épandage de fumier et compost. Si les agriculteurs augmentent le flux de carbone qui retourne au sol et en diversifient la source, la qualité globale du sol s’en trouve améliorée.

De la parcelle au paysage

Une bonne gestion de la matière organique dans les sols nécessite d’agir à des échelles emboîtées. Il convient d’intervenir sur la parcelle par le biais du travail du sol et des amendements organiques. Mais aussi au niveau des systèmes agricoles en réfléchissant à la place de l’élevage et de la prairie, et l’optimisation du recyclage des matières organiques qu’il génère, ainsi que les systèmes de culture associés. Et enfin, la réflexion doit aussi se faire à l’échelle des paysages en limitant l’érosion des sols, en maintenant un maillage bocager et en valorisant au mieux les interactions avec les espaces semi-naturels interstitiels comme les haies, les bordures de champs et les lisières de bois.

Se préparer au changement climatique

Il s’agit aussi d’anticiper l’évolution qui s’amorce en termes environnemental ( climatique, etc.) et économique. Les territoires et les pratiques agricoles devront s’adapter. Il est donc important d’étudier la dynamique de la matière organique dans les sols et des stratégies de gestion de cette matière organique permettant de réconcilier les fonctions de production des agrosystèmes et les services rendus à l’écosystème dans un environnement changeant ( biodiversité des sols, stockage de carbone, filtre vis-à-vis de l'eau et de l'air). Pour ce faire, le programme Agrobiosphère Mosaic (2013-2016) financé par l’Agence nationale de la recherche et coordonné par l’UMR SAS (Inra – Agrocampus Ouest) [ 4], étudie la dynamique de la matière organique dans les sols, à l’échelle du paysage, et ses conséquences sur le fonctionnement des sols.


[1] Bernoux M., Chenu C., Blanchart E., Eglin T., Bispo T., Bardy M. et D. King (2011) Le programme Gessol 2 : impact des pratiques agricoles sur les matières organiques et les fonctions des sols. Étude et gestion des sols, vol. 18, 3, p. 137-145
[2] Inra : Institut national de recherche agronomique
[3] Base : Bretagne agriculture sol environnement
[4] Unité mixte de recherche Sol agro et hydrosystème spatialisation