Visitez aussi :
logo du portail

http://www.bretagne-environnement.org/Media/Dossiers/Le-bocage

 

Dernière modification le 05 juin 2018


Le bocage en Bretagne

Rédigé par :

Emmanuèle Savelli (OEB)

En collaboration avec :

Jacques Baudry ,  Valérie Viaud Institut national de la recherche agronomique - Centre Inra de Rennes (Inra) , 
Françoise Bontemps ,  Dominique Potdevin Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de Bretagne (Draaf) , 
Nathalie Brac De La Perrière ,  Gildas Prévost Association bretonne interprofessionnelle du bois (Abibois) , 
Françoise Burel Centre national de la recherche scientifique (CNRS) , 
Eric Le Borgne Direction départementale des territoires et de la mer de l'Ille-et-Vilaine (DDTM 35) , 
Samuel Le Port Chambre d'agriculture du Morbihan (CA 56) , 
Marc Le Tréïs Association d'initiatives locales pour l'énergie et l'environnement (Aile) , 
Catherine Moret Lannion-Trégor Communauté (Lannion-Trégor Communauté) , 
Aude Pelichet Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement en Bretagne (Dreal Bretagne) , 
Philippe Pointereau (solagro) , 
Christine Quinel Conseil régional de Bretagne (CRB) , 
Isabelle Sénégas Chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine (CA 35)



Paysage bocager près de Rosnoën © Joachim - Fotolia.com Paysage bocager près de Rosnoën © Joachim - Fotolia.com

Faire coexister valorisation économique et fonctions pour l'environnement

Le bocage est un paysage rural façonné par l’homme et qui a constamment évolué au gré de ses besoins. Sa dernière grande mutation a commencé au milieu du XXe siècle et, bien qu’en régression, il reste encore présent en Bretagne. La disparition progressive des haies et talus a révélé le rôle qu’ils jouent pour la biodiversité, la ressource en eau et la qualité des sols mais aussi l’agriculture. Les mesures réglementaires et incitatives prises pour préserver le bocage prouvent qu’il est désormais mieux reconnu. Mais c’est probablement sa valorisation économique, par le biais d’usages nouveaux ou à redécouvrir, qui garantira le mieux sa pérennité.


Une terre encore bocagère

La Bretagne est une des dernières terres françaises où l’on trouve du bocage dense. Ce paysage rural, reconnaissable à ses parcelles ceintes de talus, de haies ou de murets, est né des usages de la société paysanne. Créé pour répondre aux besoins de l’homme, le bocage breton a fortement régressé depuis les années 1950 – 1960, amorçant une mutation toujours en cours.

Les formes du bocage varient selon les territoires

L’analyse des données 2007 – 2015 de l’inventaire forestier national évalue le linéaire bocager breton à 114 500 km de haies arborées, haies arbustives et cordons boisés [1]. Il est constitué à 60 % de haies de hauts jets à une, deux ou trois strates (zone herbacée, arbustive ou arborée). Ce linéaire est désormais mieux connu et semble se maintenir, même si les méthodes d’évaluation ont évolué dans le temps et sont difficiles à comparer. Les évolutions qualitatives du maillage bocager (connexions, densité, etc.) et des haies (perméabilité, continuité de l'effet brise-vent, etc.) restent plus délicates à préciser. Certains signes laissent apparaître cependant une régression de la continuité des haies dans l'est de la région.

Consultez notre dossier

Télécharger le dossier " Le bocage en Bretagne " au format PDF


[1] Marion Simon, Frédéric Letouzé et Antoine Colin (Janvier 2018) Evaluation de la biomasse bocagère en Bretagne. Aile, Plan Bois - Energie Bretagne 2015 - 2020