Visitez aussi :
logo du portail

http://www.bretagne-environnement.org/Media/Qui-fait-quoi/Le-Cross-de-Corsen-surveille-les-pollutions-en-mer-au-large-de-la-Bretagne

 

Dernière modification le 10 septembre 2014


qui fait quoi ?

Le Cross de Corsen surveille les pollutions en mer au large de la Bretagne


Dépollution d'une épave en mer Dépollution d'une épave en mer

L’activité maritime au large des côtes bretonnes est très intense. Ce qui rend ce secteur sensible aux risques de pollutions accidentelles ou volontaires. Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) de Corsen est chargé de détecter ces éventuelles pollutions et d'intervenir en cas de besoin de sauvetage. Christophe Sonnefraud, directeur adjoint du Cross Corsen, présente son fonctionnement et ses missions en matière d'environnement.


Qu’est-ce qu’un centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage ?

Un Cross - c'est ainsi qu'on l'appelle le plus souvent - prend en charge toute opération de sauvetage dès qu'un incident a lieu sur le domaine maritime. Il assure également la surveillance maritime.

Il relève du ministère du Développement Durable. Mais pour les activités opérationnelles, les Cross sont placés sous l'autorité du préfet maritime.

Matériellement, un Cross est équipé de moyens de communication radios performants, répartis sur tout le littoral et pour certains de radars de surveillance maritime très puissants. Ils utilisent des systèmes cartographiques à partir desquels sont gérées les opérations de sauvetage, la surveillance de la circulation maritime ou la disponibilité des moyens de sauvetage.

En Bretagne, c'est le Cross de Corsen qui surveille les pollutions maritimes. Depuis 2011, il est chargé de détecter ces éventuelles pollutions dans la zone économique exclusive Atlantique - Manche Ouest. Il est rattaché à la direction interrégionale de la mer Nord Atlantique - Manche Ouest (Dirm Namo).

Comment se fait la surveillance ?

Le Cross de Corsen surveille l'activité maritime au large de la Bretagne, en particulier celle du dispositif de séparation de trafic de Ouessant, communément appelé le rail de Ouessant. Ce rail fait partie des principales voies maritimes mondiales pour la navigation de commerce, puisqu’il est le point de passage de la plupart des navires desservant les ports de la Manche et de l’Europe du Nord. Le Cross recense près de 100 passages quotidiens de navires de commerce par an. Chaque jour ce sont ainsi 700 000 tonnes de marchandises dangereuses qui circulent à proximité immédiate de la pointe de la Bretagne, principalement des produits hydrocarbures.

Pour la surveillance des pollutions marines, le Cross recueille les informations relevées par des avions ou des hélicoptères de la douane et de la Marine nationale, les satellites du programme européen Cleanseanet ou signalées par les moyens privés maritimes ou aériens en mer. Il vérifie et exploite ces informations, et les transmet aux autorités chargées de la répression des pollutions marines volontaires ainsi qu'au préfet maritime, chargé de la lutte contre les pollutions et du déclenchement du plan Polmar (pollution marine).

Comment se tenir informé de ses observations ?

Chaque année, le Cross de Corsen, de même que tous les autres Cross de France, fait le bilan annuel de son action et de ses observations. Ces bilans sont disponibles sur le site Web du ministère du Développement Durable.

Contact

Christophe Sonnefraud, directeur adjoint du Cross Corsen. Tel. 02 98 89 35 54 ou courriel

Chiffres clés

Situation en 2013
Pollutions en mer au large de la Bretagne

Au cours de l’année 2013, le Cross de Corsen a signalé 44 pollutions ou suspicions de pollution par des hydrocarbures. Parmi celles-ci, 44 correspondaient effectivement à des déversements d'hydrocarbures. Le reste était lié soit à des déversements d'une autre nature (huile de palme dans 3 cas), soit à des accumulations d'algues ou autre (3 cas), ou encore les signalements n'ont pas pu être vérifiés.

Sur les 44 pollutions par des hydrocarbures confirmées, 26 provenaient d'épaves (24 détections pour la frégate Laplace et 2 pour le navire Peter Siff). Le Cross de Corsen a donc identifié en 2013 18 pollutions par rejet en mer d'hydrocarbures. Ce nombre est constant depuis 2011. Durant la dernière décennie, ce type de pollution a fortement diminué puisqu'en 2004, on comptait 139 pollutions de cette nature dans la même zone.


Propos recueillis par Julie Pagny (Observatoire de l'environnement en Bretagne)