Les points de suivis PDF Imprimer Envoyer

Quatre ensembles de points de suivis sont utilisés par le GEPMO pour dresser l'état des lieux de la pollution des eaux superficielles de Bretagne par les matières organiques et comprendre l'origine de cette pollution.

 

 

  • Le réseau des captages d'eau brute 

Ce réseau comprend 38 captages en retenue et 63 captages en rivière. Les données recueillies et analysées au droit de ces points sont les analyses de matière organique (oxydabilité au KMnO4 avant 2007; Carbone Organique Total depuis 2007) issues du contrôle sanitaire. Les séries débutent pour la plupart en 1996, certaines débutant plus tôt, vers la fin des années 1980. L'ensemble de ces points fait l'objet d'un suivi continu, la fréquence de mesures variant de 20 mesures par an à 2 à 3 mesures par ans. Ces données sont analysées tous les deux ans par le GEPMO. 
  • Le réseau des bassins versants soumis à des dépassements de la limite réglementaire matière organique

Ce réseau rassemble 18 bassins versants soumis à des dépassements de la limite réglementaire matière organique Les données recueillies et analysées regroupent des données relative à la  concentration en matière organique (oxydabilité au; Carbone Organique Total; Carbone Organique Dissous) à l'exutoire principal de chaque bassin ainsi qu'aux exutoires d'un certain nombre de  sous-bassins versants, internes à chaque bassin. Ces données sont complétées dans certains cas par des données de concentration en nitrate, chlorure, sulfate, et phosphore. Les suivis ne sont pas réguliers comme dans le cas du réseau précédent. Ils peuvent se restreindre à des périodes limitées dans le temps. Ces suivis permettent de localiser les zones contributives de matière organique dans les bassins versants ainsi que les liens entre dynamique de la matière organique, dynamique du nitrate et dynamique du phosphore. Ce réseau peut être activé en cas de besoin pour lancer des études spécifiques sur un problème particulier, comme par exemple le rôle des rejets urbains et industriels sur la contamination des eaux par les matières organiques, ou sur celui dans la densité du réseau bocager sur cette même contamination. 

  • Le réseau des bassins versants renseignés du point de vue des caractéristiques du milieu physique, de l'occupation du sol et des pratiques agricoles

Ce réseau rassemble 41 sous-bassins versants d'une superficie égale ou inférieure à 5000 ha. Chacun de ces sous-bassins versants dispose d'une détermination de l'occupation du sol est des pratiques agricoles à l'échelle des zones humides potentielles permettant une analyse de facteurs comme le linéaire bocager ou  la proportion de prairie sur la teneur en matière organique des eaux. Chacun des exutoires disposent de mesure de la concentration en matière organique (Carbone organique dissous) pendant une durée d'un an, au moins, à la fréquence de 1 à 2 prélèvements par mois, avec dans chaque cas des prélèvements hors et pendant les périodes de crue. Des données de concentrations en nitrate, sulfate, chlorure et phosphore complètent le dispositif. Ce réseau est utilisé pour déterminer le rôle des caractéristiques du milieu physique et des pratiques agricoles sur la contamination des eaux de surface par les matières organiques.Télécharger les fichiers .kmz utilisables avec Google Earth : couches géographiques contenant le réseau hydrographique, le réseau bocager, les zones humides de bas fonds et la limite des sous bassins versants  

  • Le bassin versant de recherche de Kervidy Naizin 

Situé dans le Morbihan, ce bassin versant dispose d'un suivi journalier des teneurs en matière organique (Carbone Organique Dissous), nitrate, chlorure et sulfate à son exutoire lequel dispose également d'une mesure en continu du débit de l'eau. Ce dispositif de mesure à l'exutoire est complété par des dispositifs de prélèvements de l'eau des nappes (piézomètres, bougies poreuses), permettant le suivi de la production du carbone organique dissous directement au niveau du sol. Ce bassin versant de recherche est utilisé pour comprendre et modéliser la production et le transfert de matière organique à l'interface sol-eau. Il sert également à analyser et modéliser l'effet de la variabilité de l'hydroclimat sur les concentrations et les flux de matière organique dans les bassins versants. Les séries de données journalières acquises sur ce bassin-versant démarrent en 1999. Le bassin-versant de Kervidy-Naizin fait partie de l'Observatoire de Recherche en Environnement "Aghrys", cogéré par l'INRA et le CNRS (site d'Aghrys). 

Mise à jour le Jeudi, 05 Juillet 2012 20:35