Causes possibles PDF Imprimer Envoyer

La Bretagne conjugue plusieurs caractéristiques pouvant expliquer les fortes teneurs en matières organiques enregistrées dans les eaux de surface.

  • milieu physiquedes sols peu perméables et des nappes peu profondes à fort battement vertical instituant un contexte naturel à risque du point de vue de l'exportation des matières organiques des sols vers les eaux de surface. Les sols peu perméables favorisent la circulation des eaux dans leurs horizons les plus superficiels, là où sont précisément stockées les matières organiques. L'existence de fonds de vallée larges et plats dans les bassins versants bretons (zones qualifiées de zones humides potentielles ou ZHP) est également un facteur à risque dans la mesure où cela augmente la taille des zones d'interaction entre les nappes et les horizons organiques des sols.


  • agri_intensiveune agriculture intensive pouvant accroître les transferts de matières organiques des sols vers les eaux soit parce que les stocks de MO labiles sont modifiés (à travers par exemple l’apport d’amendements organiques), soit parce que la géométrie des circulations de l’eau est modifiée, suite par exemple à des opérations de drainage ou d’abatage de haies. Cependant, ni les analyses statistiques, croisant la teneur en matières organiques des eaux avec les pratiques agricoles sur les bassins versants, ni les analyses moléculaires et isotopiques n'ont montré un quelconque lien direct entre les pratiques agricoles et la pollution des eaux de surface par les matières organiques. En particulier, les analyses moléculaires et isotopiques n'ont pas révélé de contribution directe des apports de déjections animales pratiqués sur les sols des bassins versants, et ce malgré les tonnages importants épandus annuellement par l'agriculture bretonne (35 millions de tonnes par an en moyenne). Ces analyses ont révélé que la matière organique polluante des eaux de surface était constituée de molécules organiques issues du fond humique ancien du sol. D'autres pratiques agricoles ont été testées, comme le chaulage, avec les mêmes résultats négatifs. 

 
  •  une densité localement réduite du bocage pouvant acrroître les transferts de matière organique du sol vers les eaux. Une étude statistique a montré que la teneur en matières organiques était corrélée négativement avec la densité de haies au sein des Zones Humides Potentielles. Ce lien peut s'expliquer par le contrôle que les haies exercent sur la géométrie des circulations de l'eau (approfondissement des circulations sous les horizons organiques du sol) et par le rôle de barrières physiques qu'elles constituent vis-à-vis du ruissellement, ruissellement riche en matières organiques.
Mise à jour le Jeudi, 01 Juillet 2010 11:02