Outils Analytiques PDF Imprimer Envoyer
Le dénombrement de Escherichia coli et des entérocoques intestinaux stipulé par les textes réglementaires européens, représente actuellement le seul outil analytique permettant la mise en évidence d’une contamination fécale du milieu aquatique, sans toutefois différencier l’origine humaine ou animale de cette contamination. Il est donc nécessaire de développer de nouvelles méthodes de détection de la pollution fécale qui puissent non seulement mettre en évidence une contamination mais aussi en indiquer l’origine. C’est d’ailleurs dans cet objectif que s’est développé depuis quelques années, le concept de "Microbial Source Tracking" ("Traceurs de Sources Microbiennes") qui consiste à identifier à l’aide de marqueurs microbiologiques ou chimiques les sources de pollutions fécales.
Dans ce contexte, six laboratoires de recherche, deux entreprises et trois collectivités locales se sont associés pour développer des techniques de traçage des contaminations fécales afin de proposer un outil opérationnel utilisable pour différencier les sources de pollution, de leur point d’émission jusqu’au milieu récepteur final que constituent les eaux de surface. Deux projets de recherche ont été financés dans ce cadre depuis 2007 : le projet TRACES (financé par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail. Porteur du projet : Anne-Marie Pourcher/CEMAGREF) et le projet MARQUOPOLEAU (labellisé par le Pôle Mer Bretagne et financé par la Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services via les Fonds Interministériels de soutien aux projets collaboratifs des pôles de compétitivité. Porteurs du projet : Gaël Durand/Idhesa et Michèle Gourmelon/IFREMER).
 
Les marqueurs qui font l'objet de cette étude sont des molécules chimiques naturelles, des molécules de synthèse retrouvées dans les effluents de stations d'épuration ou des rapports de fluorescence de la matière organique ainsi que des micro-organismes. Les marqueurs microbiologiques et chimiques ont été choisis, dans le cadre du projet TRACES (2007-2009), sur la base de la littérature scientifique et sur l’analyse de déjections animales et effluents de stations d’épuration brutes. Leur transfert vers les eaux a été testé par (1) des expérimentations de simulation de pluie réalisées sur des parcelles agricoles amendées avec des déjections animales, (2) l’analyse in-situ d’eaux de surface impactées par des rejets de station d’épuration urbaine Les résultats montrent un transfert des marqueurs spécifiques à chaque source dans les eaux impactés par les effluents animaux ou les rejets de station d’épuration urbaine.
 
Le projet MARQUOPOLEAU (2009-2012) est la suite du projet TRACES et vise à évaluer la persistance des marqueurs au cours d’expérimentations avec trois types d’effluents animaux et humains et deux types d’eau (douce et salée).  La persistance des marqueurs est comparée à celle de l’indicateur de contamination fécale de référence (E. coli) sous diverses conditions environnementales en microcosmes. Enfin, pour valider complètement les marqueurs sélectionnés, la pollution fécale sera suivie sur un bassin versant, reconnu comme régulièrement sujet à des pollutions fécales, pendant une année avec l’objectif de dresser les profils de pollution fécale affectant ce bassin versant.
La finalité de ces projets est de fournir aux acteurs de l’eau les bases scientifiques et les outils nécessaires aux évaluations d’impact et de risques liés aux contaminations fécales avec notamment la mise sur le marché, par les laboratoires d’analyses privés, de nouveaux outils analytiques de discrimination des sources, performants, rapides, applicables à tous types d’eau et à un coût compatible avec une utilisation par des laboratoires d'analyses des eaux, privés ou publics.
 
Mise à jour le Mercredi, 23 Juin 2010 14:45